Lease this WebApp and get rid of the ads.
article de Libé
y en a d'autres
Fri Jan 24, 2003 01:16
212.198.0.96

Manoeuvres alambiquées pour contourner la taxe bière forte
Le brasseur néerlandais conserve sa marque «8.6», mais baissera le taux d'alcool à 7,9 degrés.


Par Matthieu ECOIFFIER

jeudi 23 janvier 2003


Comment décourager les adeptes des beuveries à la bière forte ? La surtaxe, adoptée en décembre par le Parlement, risque de se révéler sans effet. La cannette de «8.6», produit star de cette catégorie, ne fait déjà plus huit degrés six d'alcool. Bavaria, le brasseur néerlandais qui la commercialise, a en effet décidé de la retirer des rayons.

Enjeu de taille. «On la remplace par une bière d'un goût équivalent mais qui titre à 7,9 degrés», explique Benjamin Kaempf, directeur marketing de Bavaria. Cela va surtout permettre de contourner la surtaxe qui touche les bières de plus de 8 ° 5. L'enjeu est de taille : l'année dernière, le brasseur a écoulé 200 000 hectolitres de «8.6», réalisant 80 % de son chiffre d'affaires en France sur ce segment en pleine expansion. «Si l'on avait répercuté la taxe de 200 euros par hectolitre, cela revenait à doubler le prix de vente», poursuit Kaempf. Bavaria a trouvé la parade : baisser le degré d'alcool tout en conservant la même marque. «De toute façon, la 8.6 ne s'appelle pas comme ça à cause du degré d'alcool mais parce qu'elle a été créée un 8 juin, se défend le brasseur, le Get 27 n'est pas à 27 degrés, ni le Pastis 51 à 51 degrés.»

Titrage. Chez Bavaria, on assure que ce n'est pas son degré d'alcool qui a fait le succès de la 8.6 mais son goût. Une argumentation qui ne convainc guère Yves Bur, député UMP du Haut-Rhin, auteur de l'amendement à l'origine de cette surtaxe. «Si le goût à 7.9 degrés est à ce point équivalent, alors pourquoi l'avoir sortie si forte au départ ?, démonte-t-il. Ce ne sont pas des bières de dégustation mais des bières à soûler. Ce que je visais, c'est une consommation de rue, notamment chez les jeunes, qui achètent des cannettes de 50 centilitres dans les épiceries et les sandwicheries. Cela pose un problème de santé et d'ordre public. Il y a quelques années, on avait déjà surtaxé les mélanges Coca-whisky destinés à les familiariser à l'alcool.» Et si les fabricants baissent leur titrage juste en dessous de la barre ? «Si ce marché continue d'exploser, on la descendra encore, menace Yves Bur, les grands brasseurs français se sont eux engagés à ne pas dépasser les 5 degrés.»

Protectionnisme. Bavaria se défend. Murmure ainsi que cette mesure est destinée à avantager les producteurs alsaciens, installés dans la circonscription voisine d'Yves Bur. La Commission européenne a adressé le 27 décembre un courrier au gouvernement dans lequel il s'inquiète de l'«impact» d'une mesure qui pourrait apparaître comme du protectionnisme déguisé. D'autres bières artisanales aux noms évocateurs ­ bière du démon, Belzébuth ­ produites dans le nord de la France sont elles aussi touchées par la surtaxe. Mais leur diffusion restreinte n'est pas dans la ligne de mire, comme la populaire Bavaria.

  • Tu bois de la Bavaria toi maintenant?Robert Schuman, Thu Jan 23 22:19
    Eh Jeannot tu t'es mis à la Bavaria! Dernière nouvelle. Ca doit te changer du cognac infect que produisait ta famille. Moi je n'ai pas changé: du vin de messe et rien d'autre! S'agissant des 40 ans,... more
    • y en a d'autres — article de Libé, Fri Jan 24 01:16
Click here to receive daily updates