Lease this WebApp and get rid of the ads.
Anonymous
No Subject
Fri Jan 19, 2018 12:38
78.236.10.70

Quelques mois auparavant, lors de la soirée du Nouvel An, j'avais fait la connaissance de Kim, une ravissante jeune femme d'origine indonésienne. J'avais été immédiatement séduit. Elle était jolie, fine et gracieuse et possédait tous les attributs qui font le charme féminin. Très sensibles à certains d'entre eux, j'avais été frappé par la rare beauté de ses extrémités. Elle avait d'adorables petites mains tellement fines qu'elles me paraissaient fragiles. Je fus tout autant impressionné par ses pieds qu'elle avait chaussé pour l'occasion d'une paire de sandales à talons aux brides si fines qu'on en aurait cru que ses pieds étaient nus. J'en remarquais tout autant leur petitesse, que l'exceptionnelle grâce de la cambrure. Et quant à ses petits orteils fins, je ne peux employer qu'un seul qualificatif : émouvants.
Je ne sus pas immédiatement pourquoi Kim était venue vers moi alors qu'il y avait de bien plus attirants jeunes hommes autour d'elle. Elle s'était mise à côté de moi pendant le repas et nous avions longuement parlé sans qu'elle donne le moindre signe de lassitude. Et lorsque je lui avais dit que j'étais un piètre danseur, elle m'avait affirmé que cela ne l'empêcherait pas de passer une bonne soirée. Elle avait même ajouté : "je ne suis pas venue pour danser mais pour passer un bon moment et ma cheville ne s'en portera que mieux!"!
Même si Kim, virevoltant sur ses talons avec aisance, ne m'avait pas donné l'impression de souffrir d'une cheville, elle éveilla ma curiosité et je m'enquis de la questionner sur sa cheville, alors qu'assise face à moi les jambes croisées, elle passait ses doigts sur sa malléole dans un mouvement de va et viens.
"Je ne sais pas ce qui se passe depuis quelques semaines, mais j'ai tendance à me tordre la cheville gauche même sur du plat" dit-elle. Je lui évoquai les possibles séquelles d'une entorse ancienne. "Oh, non! Je ne me suis jamais foulée la cheville, même quand j'étais ado. Remarquez que j'aurais bien aimé parce que gamine, j'avais une envie folle d'en avoir pour faire comme mes copines!" ajouta-t'elle en riant. Sur un ton badin, je lui demandais si cette envie lui était passée. A ma grande surprise, l'alcool aidant sans doute, elle me répondit "Pas vraiment!".
On en resta là sur ce chapitre et la soirée se poursuivit jusqu'aux petites heures du matin. Kim accepta que je la raccompagne jusqu'à son immeuble de la rue de Tolbiac. L'on marcha à bon pas en descendant la rue d'Alésia et malgré la fraîcheur de ce premier jour de janvier, elle ne semblait pas souffrir du froid en dépit de son petit manteau court, de sa minirobe de soirée et de ses chaussures ouvertes.
Kim se tordit le pied. "Voyez, ça recommence! Mais même pas mal" dit-elle en riant. Je lui fis remarquer qu'elle devrait faire attention avec cette cheville faible et qu'il faudrait peut-être qu'elle consulte un médecin. "Oui, une copine m'a invitée à aller chez un kiné pour faire un peu de renforcement musculaire. mais à vrai dire, je ne m'en soucie pas" et elle se mit à parler d'autre chose.
Il était temps d'aller dormir. On prit congé, mais malgré que nos bises soient des plus pudiques, elle me laissèrent un goût étonnant. On se promit de se revoir et effectivement au cours des semaines qui suivirent de nombreuses occasions se présentèrent pour passer du temps ensemble. Ciné, restaurant, théâtre, ballades dans Paris. Mais tout ceci restait dans le domaine de l'amitié.
Vint le mois de mai. Kim avait du remplacer une collègue et avait du se rendre en province avec sa patronne. Le samedi soir à son retour, on alla manger dans un restaurant de La Bastille et après avoir fait le bilan de la semaine, on eut la surprise de constater qu'elle avait et été mauvaise parce que l'on s'était manqué mutuellement...Les choses étaient faites et à partir de ce jour on se laissa aller au bonheur d'aimer.
Décrire la vie quotidienne d'un couple naissant est inutile. Baisers et chamailleries, disputes et réconciliations, jours avec et jours sans...
Et il ne se passait pas deux jours sans que Kim ne se torde la cheville!
Il y avait maintenant deux ans que nous étions ensemble et tous les signaux étaient au vert pour s'installer durablement et poursuivre le programme que nous nous étions fixés : nous marier et faire un bébé. Mais avant cela, il fallait que l'on se trouve un logement et tout le monde sait combien c'est diffile à Paris quand comme nous on gagne bien sa vie sans toutefois être riche.
%ais décidément, la chance était avec nous. Grâce à un ami, une opportunité intéressante se présenta d'acquérir un petit appartement idéalement situé entre Alesia et Tolbiac.
Kim et moi nous nous donnèrent rendez-vous pour aller le visiter. D'habitude toujours à l'heure, Kim se fit attendre et je me mis à imaginer pleins de choses négatives quant une demi-heure plus tard, je la vis arriver, pâle comme un linge, les yeux baignés de larmes, mais surtout éprouvant toutes les difficultés du monde à marcher. Kim venait de se tordre une nouvelle fois la cheville!!!




Click here to receive daily updates